UFC-Que Choisir du Bas Rhin

Actions d'information, Conférences

Nutri-Score : encore un (gros) effort pour un étiquetage nutritionnel européen !

L’étiquetage nutritionnel adopté par la France en 2017, fait actuellement l’objet d’une pétition citoyenne en Europe. Serge Hercberg, professeur de nutrition à la faculté de médecine Paris 13, Michèle Rivasi et Alain Bazot président de l’UFC-Que Choisir, ont été réunis à Strasbourg le 14 janvier dernier pour faire le point sur le Nutri-Score, un étiquetage, qui pour être efficace, devrait être affiché sur tous les produits alimentaires transformés en Europe. 

 

 

« En mai 2019, l’UFC-Que Choisir a lancé, avec 6 autres associations européennes, l’initiative citoyenne « Pronutriscore.org », une pétition (www.pronutriscore.org) afin de rendre obligatoire le Nutri-Score dans toute l’Europe. Avec le soutien du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) qui considère l’obligation d’un étiquetage nutritionnel simplifié comme une priorité » a rappelé Didier Cornu en introduction de la conférence organisée par l’UFC Que Choisir Bas Rhin qu’il préside.

 

D’ici au mois de mai prochain, la pétition devra avoir rassemblé 1 million de signatures pour obliger la Commission Européenne à bouger. Mais, avec seulement près de 90 000 signatures à ce jour, rien n’est joué.

 

Pour lutter contre le lobbying des industriels…

Serge Hercberg,  avec son équipe de recherche (Université Paris XIII) a mis au point le logo du Nutri-Score,  sur la base de paramètres scientifiques fiables qui prennent  en compte à la fois la teneur en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes) et à la fois la teneur en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel).  « L’algorithme du Nutri-Score, à savoir les éléments retenus pour détailler la composition d’un produit, a été validé par 40 publications scientifiques » précise -t-il.

 

Fruit de démarches scientifiques élaborées, cet étiquetage a aussi l’avantage d’être facile à lire et comprendre par les consommateurs.  Le logo, simple, est basé sur une échelle de 5 couleurs – du vert au rouge – associées à cinq lettres allant de A à E. Un aliment noté A vert est bon, tandis qu’un produit noté  E rouge est à éviter. Placé sur l’avant des emballages, il  permet de savoir au premier coup d’œil si l’aliment qu’on s’apprête à acheter est correct ou relève de la malbouffe.

 

 

La France a été le premier pays à adopter le Nutri-Score comme système d’étiquetage nutritionnel officiel en novembre 2017. Elle a été suivie depuis, par cinq autres pays, la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas, l’Allemagne, et la Suisse.

 

Système d’étiquetage officiel ne signifie pas obligatoire ; c’est bien là le problème.

 

« Pour être vraiment utile, poursuit Serge Hercberg, il faudrait que le Nutri-Score figure sur les emballages de tous les aliments transformés. Cette simple mesure permettrait de réduire de 3,4 % le nombre de décès dus à la malbouffe. »

 

Or, constate Alain Bazot, deux ans après son adoption en France « le Nutri-Score ne figure que sur 5 % des aliments transformés. « Beaucoup de groupes agro-alimentaires lui préfèrent leur propre étiquetage, incompréhensible pour 82 % des français interrogés.  Les industriels surfent sur le marketing et le packaging  pour faire croire que leurs produits sont sains. Avec le Nutri-Score, ils ne peuvent pas faire illusion. Et c’est la raison pour laquelle,  ils sont vent debout contre son adoption obligatoire. »

Leur résistance très forte, s’accompagne en parallèle, de campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux et de lobbying intense au niveau des parlementaires européens. Tant et si bien que la réglementation européenne actuelle ne permet pas d’imposer le Nutri-Score sur tous les aliments transformés en Europe.

 

…une pétition citoyenne européenne

« On a déjà loupé le coche en 2009. Il a manqué alors 23 voix pour faire adopter l’étiquetage nutritionnel obligatoire au niveau européen » regrette Michèle Rivasi qui ne voudrait pas revivre le même échec. Pointant du doigt l’intense chantage des industriels de l’agro-alimentaire, la députée européenne, déterminée, avait profité d’un passage dans l’émission Cash Investigation où Élise Lucet recevait Serge Hercberg, pour faire un focus sur la pétition Pro Nutri-Score. Son action conjuguée à celle de l’l’UFC Que-Choisir a eu un vrai impact. La France est aujourd’hui, le seul pays à avoir atteint son quota de signatures (58 405) nécessaire pour le Nutri-Score, et l’a même dépassé, mais elle est bien seule. Les autres pays sont loin derrière ! Avec un record pour La Lettonie et Malte qui affichent respectivement … 2 et 3 signatures.

 

« Il y a eu des avancées  souligne Michèle Rivasi qui n’est pas du genre à baisser les bras. Elle évoque « près de 200 fabricants et distributeurs qui,  en France, ont donné l’exemple en décidant d’adopter le Nutri-Score comme étiquetage sur leur packaging (Auchan, Fleury-Michon, Intermarché et Leclerc). Mais d’autres (Coca-Cola, Mars, Ferrero etc…) font tout pour l’empêcher. L’Italie en tête avec un lobbying dingue au prétexte que le Nutri-Score pénaliserait le régime méditerranéen, aboutirait à interdire l’huile d’olive, les fromages et charcuteries italiennes.  Que des fake news ! »  dénonce la députée européenne. Des fake news qui risquent d’avoir une incidence négative sur la saisine de la Commission Européenne… Pour le moment, seuls 1 % des Italiens ont signé la pétition ! « Les associations de consommateurs ne se sont pas suffisamment mobilisées dans les autres pays » déplore Alain Bazot qui considère que, pour faire contrepoids à la puissance des lobbies, il est « urgent que les consommateurs renouent avec une culture militante ».

 

Plus d’informations

Sur le site de Que-Choisir

Tout savoir sur le Nutri-Score

https://www.quechoisir.org/nos-combats-etiquetage-nutritionnel-le-nutri-score-soutenu-par-l-ufc-que-choisir-n68539/

 

Sur le lobbying des industriels

https://www.quechoisir.org/actualite-nutri-score-campagne-de-desinformation-sur-les-reseaux-sociaux-n66787/

 

Sur le site de Santé Publique France

https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/nutrition-et-activite-physique/articles/nutri-score

 

Signer la pétition européenne  pour le Nutri-Score

https://eci.ec.europa.eu/009/public/#/initiative