UFC-Que Choisir du Bas Rhin

Vie de l'association

Remise des prix du concours Photogâchis

#laureats-remise-concours-Photogachis

de gauche à droite : Justine Viéville, Marc Sommer et Joël Gonçalvès

 

Coup de projecteur sur les trois lauréats de notre concours Photogâchis

Marc Sommer, Justine Viéville et Joël Gonçalvès sont les lauréats de notre concours Photogâchis. La remise des prix, mercredi 23 juin, en présence de Didier Cornu, président de l’UFC-Que Choisir du Bas‑Rhin, et des membres du jury a été le moment d’une belle rencontre où chaque lauréat a pu évoquer la genèse de sa photographie. Illustrer les dérives de la consommation les a manifestement bien inspirés. Les trois lauréats sont repartis avec leur prix, un panier gourmand issu de la filière « frais et local ». Ils seront également abonnés au site internet de quechoisir.org . Enfin, la lauréate du prix du public a reçu une adhésion gratuite à l’UFC-Que choisir du Bas-Rhin. L’aventure n’est pas finie pour Marc Sommer. Sa photo a été sélectionnée pour participer en septembre prochain à la finale nationale du concours, pour laquelle le public sera invité à voter une nouvelle fois.

 

Premier prix du jury

Marc Sommer « L’éveil du nouveau-né »

Marc Sommer, 51 ans, a appris le lancement du concours Photogâchis par son épouse qui avait trouvé l’information dans son quotidien régional. Et dans sa tête de photographe amateur, ça a fait tilt immédiatement. Il a pensé à un cliché qu’il avait pris quelque temps auparavant dans une zone commerciale près de chez lui à Vendenheim. Devant une enseigne d’un grand magasin de puériculture qui affichait des bébés joyeux sur ses vitrines, des anonymes avaient déposé des monceaux d’ordures et de débris. Pas le moindre montage dans cette image saisissante, juste un état de fait auquel Marc Sommer a été sensible. Et dont le thème renvoyait directement à celui de notre concours Photogâchis, dont il a remporté le premier prix du jury. Sa photographie a également été sélectionnée pour participer, au niveau national, à la deuxième phase du concours qui sera lancée début septembre.

 

Deuxième prix du jury et prix du public

Justine Viéville « Vomi Publicité »

Pour Justine Viéville, 35 ans, spécialiste en marketing scientifique, la photo est un loisir, un plaisir aussi. Dans l’idée de dynamiser sa pratique, elle s’était inscrite en début d’année au Photo club de Hangenbieten près d’Achenheim où elle habite. « C’est le président du Club qui nous a signalé le concours Photogâchis » explique-t-elle « Le thème m’a paru spontanément intéressant, mais je n’avais aucune image en tête. »

Peu de temps après, pendant un séjour en Touraine chez ses parents « Je faisais une balade à vélo avec mon père, quand, dans une descente, j’ai vu cette maison abandonnée avec une boite à lettre qui débordait. Je me suis arrêtée. J’ai regardé et pensé instantanément à un vomi de publicité. J’ai su que j’avais trouvé ma photo pour le concours. » raconte Justine Viéville. « J’ai fait une première photo avec mon téléphone. » Justine Viéville est passée chez elle pour récupérer son appareil photo et elle est retournée à la maison abandonnée. « J’y suis arrivée un peu avant la tombée de la nuit, le ciel s’était obscurci soulignant l’absurdité de ce débordement de publicités inutiles dans une maison vide. » Sa photo a parlé à la fois au jury de Photogâchis qui lui a décerné le deuxième prix et au public qui l’a sélectionnée par vote sur Internet.

 

Troisième prix du jury

Joël Gonçalvès « Enfant et surconsommation »

Joël Gonçalvès, 40 ans, habite à Haguenau où il est actuellement très occupé par la rénovation énergétique de sa maison, une vieille bâtisse de 1940.  L’UFC–Que Choisir du Bas-Rhin, il connait. Mieux, il en est un membre actif puisqu’il fait partie de l’équipe d’enquêteurs qui vont régulièrement explorer les pratiques des commerçants et fournisseurs sur le terrain et de plus, il est abonné à la revue Que Choisir. Pas très étonnant donc qu’il ait eu vent du Concours Photogâchis. « Le sujet est super. Et il m’a amené à une introspection. En effet sensible au concept d’une consommation responsable, je me suis aperçu que nous l’étions beaucoup moins quand il s’agit d’Antoine, notre fils, submergé de jouets. Ça pose de vraies questions. » Partant de cette réflexion, il a fait sa mise en scène avec la participation d’Antoine (4 ans) qui a tendu son bras à travers la montagne de jouets qu’avait édifiée son père. Joël Gonçalvès est très content d’avoir reçu ce prix, d’autant qu’il a quitté, il y a peu, son emploi dans le BTP pour… devenir photographe professionnel. Un bon présage !

Retrouvez les photos primées en cliquant ICI.